Le Fort

Le Fort de Buoux en Luberon Provence

Au creux du Vallon de l’Aiguebrun, s’inscrit dans la pierre, la génèse de Buoux.

C’est là, bien avant le village actuel, que s’accumulent et se superposent des siècles de vie : La Baume des Peyrards où il y a quelques soixante mille ans vivait l’Homme du Moustérien (Paléolithique moyen), le Chaos, lieu culturel de l’âge de Bronze, au dessus des Claparèdes du Néolithique, l’Oppidium de la Protohistoire ; jusqu’aux falaises et au village enfoui de Saint-Germain (village primitif) et ses habitants rupestres, témoins d’un singulier Haut Moyen Age…

C’est sur le socle isolé de l’Oppidium que va peu à peu se développer une extraordinaire place forte, laquelle s’inscrit en majeur dans tout un système intelligent de défense stratégique, depuis la Combe de Lourmarin jusqu’à Sivergues et au-delà, en protection calculée de la vallée d’Apt.

La visite du Fort devra s’effectuer dans le souci d’une découverte intelligente des vestiges qui restent parmi les plus extraordinaires de l’architecture militaire médiévale : la Baume du Fort, le sentier de la Protohistoire ; défenses astucieuses et nécessaires réserve d’eau ; vestiges du village médiéval ; escalier dérobé ; enfin la forteresse (XIIIe siècle) aux remparts successifs sans oublier quelques mystères archéologiques et l’exceptionel panorama qu’offre au visiteur cette citadelle du vertige.

Quelques détails historiques

Le Fort de Buoux en Luberon Provence

Occupé dès la Préhistoire et durant la Protohistoire, l'éperon rocheux qui supporte le fort a longtemps conservé sa vocation militaire.

Situé au carrefour de deux axes essentiels de communication à travers le Luberon et faisant partie d'un ensemble stratégique fortifié couvrant les accès sensibles du Luberon, l'immense bloc de molasse est très tôt choisi par l'homme comme refuge et point de défense. Les trouvailles effectuées au sol permettent de classer le lieu comme oppidum à la fin du Néolithique et durant la Protohistoire. Au Moyen Age, il devient le "castrum de Biolis". Le lieu déjà fortifié est habité. Au point névralgique, là où la roche n'apporte pas sa naturelle protection, des remparts sont construits. L'élaboration et la construction de la forteresse sont le produit d'une réflexion, d'un besoin et d'une technique probablement fort en avance en ce XIIIè siècle où la Provence tente d'affermir sa puissance comtale.

Ainsi, le fort constituait un obstacle pratiquement infranchissable à toute tentative d'invasion ou de pénétration, qui, drainée par les vallons de la Roche d'Espeil, serait venue se briser au pied de ce vaste monolithe.

Grâce à ses falaises, le fort de Buoux a constitué jusqu'au XVIè siècle, une défense essentielle pour la région. Devenu refuge des Huguenots par la suite, l'ensemble fut démantelé sur ordre de Louis XIV vers 1660. Trois enceintes défensives demeurent, avec une église romane, des habitats rupestres, des maisons enfouies, des silos taillés dans le rocher, des citernes, un donjon, une pierre à sacrifice (?) probablement d'origine protohistorique et un escalier dérobé. Tous ces éléments montrent toutefois que la vie communautaire devait être naturellement dure, pauvre et resserrée.

De la pointe Sud-Est de l'éperon rocheux l'oeil du visiteur découvrira l'un des plus beaux panoramas de la région, du vaste plateau des Claparèdes, en passant par les plaines du Comtat et de la vallée du Rhône, jusqu'aux montagnes de Lure et du Ventoux.

Les visites

Le Fort, propriété de la commune de Buoux, est classé « Monument historique » depuis 1986. Sa visite est payante, tarif de groupe à partir de 15 personnes.

Tarif entrées (chèque ou espèces)

- Adultes : 5 €
- Tarif réduit : 4 €
pour les scolaires et étudiants de 10 à 25 ans,enfants à partir de 10 ans et pour les groupes d'au moins 15 personnes .
- Enfants de moins de 10 ans : gratuit

Ouvert tous les jours de 10 h à 17 h ( et sur rendez-vous en dehors de ces heures), sauf décembre et janvier mois pendant lesquels il est prudent de réserver votre visite le Fort risquant d'être fermé.

Fermé par temps de pluie, neige, brouillard, vent fort et autres intempéries.

Horaires restreints en cas de risque très sévère d'incendie en été : borne d'appel en préfecture pour consulter le niveau de risque et les conditions d'accès au Luberon : 04 88 17 80 00

Tel : 04 90 74 25 75

La restauration du site

Un important programme de restauration du site est en cours depuis 2007, il s'échelonne sur 10 ans : fouilles archéologiques, réhabilitation du Fort, chantiers d'insertion.

Dirigé par Monsieur l'Architecte en chef des Monuments historiques, ce programme a le soutien financier du Ministère de la culture (via la Direction Régionale des affaires culturelles de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur) et du Conseil Général de Vaucluse (service culture : plan patrimoine culturel et touristique).

L'accès

Dans le vallon de l’Aiguebrun, à 2km du village de Buoux, en direction du « Hameau des Seguins ».

Parking situé au pied du fort : Faites attention, ne laissez rien dans les voitures ! Après le parking, une allée ombragée vous menera jusqu’à la maison du régisseur (départ de la visite) où vous trouverez billeterie, informations, plan du site, guides, livres et cartes postales.

Le site du Fort est dangereux, sa visite nécessite de la prudence et une surveillance très attentive des enfants.